Poster
Économie

Les débouchés multiples

Le maïs doux, de la couleur dans nos assiettes

Exclusivement destiné à la consommation humaine, le maïs doux cultivé en France depuis 1973, est le plus souvent commercialisé en conserve, en surgelé ou en épis. Très spécifiques, les variétés de maïs doux possèdent un gène ralentissant la transformation des glucides en amidon. L’épi est cueilli quand le grain contient encore plus de 70 % d’eau, c’est pourquoi il reste juteux, tendre et bien sucré. La production de maïs doux concerne 20 000 hectares et 1000 producteurs, majoritairement situés dans le Sud-Ouest pour des raisons climatiques. 7 usines de transformation, localisées en Nouvelle Aquitaine, génèrent plus de 1500 emplois.

Cette filière s’est construite autour d’un partenariat fort entre les producteurs et les industriels avec une charte de production « qualité et environnement » compatible avec l’agriculture raisonnée et sur laquelle s’appuient les cahiers des charges des industriels.

L’exportation constitue le principal débouché des boîtes de maïs doux fabriquées en France. 80 % des exportations sont essentiellement destinées à l’UE-28 et représentent un excédent commercial de plus de 111 millions d’euros.

Le maïs doux : un produit ultra frais

Entre la récolte de l’épi et le conditionnement du grain, en conserve ou en surgelé, seulement 6 heures vont s’écouler pour une qualité optimale. La rapidité de la transformation assure fraîcheur et croquant des grains, conditionnés sous vide sans additif ni agent conservateur. Le maïs peut, par ce procédé, se conserver à température ambiante en gardant toutes ses qualités
nutritionnelles.

Le maïs doux, présente de nombreux atouts nutritionnels

Principalement consommé dans les salades estivales ou en en accompagnement, sa consommation est en hausse et plus de la moitié des français achètent des boites chaque année. Le maïs doux fourni très peu de lipides, qui sont de toutes les façons majoritairement insaturés, donc bons pour l’organisme. Il est source de fibres indispensables au bon fonctionnement du système digestif. En outre, il contient du potassium, du phosphore, des oligo-éléments et des vitamines du groupe B notamment B9 bonne pour les muscles et l’humeur.

Il est donc à déguster régulièrement et tout au long de l’année pour accompagner les grillades ou tester quelques recettes originales.

Popcorn, le maïs qui s’éclate

Le popcorn, appelé également maïs soufflé ou éclaté, est produit en chauffant les grains de maïs. Arrivé à la fin des années 30 dans les salles de cinéma américaines, il faudra attendre les années 90 pour qu’il fasse son entrée en France. Le popcorn se déguste en général nature, au beurre, salé ou sucré, mais on peut aussi le consommer assaisonné avec différentes saveurs originales : cacahuète, poivron cumin, parmesan ou pistaches ; caramel au beurre salé, fraise tagada, pralin ou encore Nutella. Pour le déguster à la maison, vous trouverez en grandes surfaces du popcorn éclaté prêt à consommer en sachet ou à faire éclater en sac mico-ondable très facile à utiliser. Les premières parcelles de maïs popcorn voient le jour en France au début des années 1990 en Midi-Pyrénées. Notre pays totalise aujourd’hui 7 500 hectares, situés en Charente-Maritime et dans le Gers, grâce à plus de 400 producteurs hautement spécialisés. En l’espace de 25 ans, la France s’est imposée comme leader sur ce marché de niche à haute valeur ajoutée et exporte dans toute l’Europe.

Comment s’éclate-t-il ?

L’intérieur des grains de maïs à popcorn est en grande partie composé d’amidon, lesquels contiennent entre 8 et 25 % d’eau. A la chaleur, l’eau contenue dans le granule se transforme en vapeur, repoussant l’amidon en périphérie. L’enveloppe est alors soumise à une forte pression et se rompt subitement : le grain « éclate » littéralement. Le grain a alors gagné près de 30 fois son volume initial. ». Il existe sous 2 formes différentes de popcorn : « mushroom » (champignon) ou « butterfly » (papillon). La forme butterfly est la plus répandue dans les cinémas mais la forme mushroom est souvent utilisée par les industriels pour les popcorns enrobés.

Source d’énergies et de biomatériaux

Avec le maïs on produit de l’énergie mais aussi des biomatériaux et des matières premières pour la chimie du végétal. Son utilisation réduit la consommation des énergies fossiles, diminue les émissions de gaz à effet de serre et crée des emplois.

Le maïs, une pompe à carbone

Le maïs, une alternative à la pétrochimie

Il sert à la fabrication de colle, de papier, de matériaux de construction, de lessives, de peintures, de matériaux biodégradables (couche-culotte, vaisselle jetable, sacs de caisse, capsules compatibles Nespresso…) de médicaments, de cosmétiques et de molécules pour la chimie du végétal.

Le maïs, source d’énergies renouvelables

La transformation du maïs permet d’obtenir un carburant vert : le bioéthanol. La méthanisation du maïs fourrage conduit à la production de biogaz. Ce dernier est utilisé pour fabriquer de l’électricité et de la chaleur, mais aussi du biométhane, équivalent renouvelable du gaz naturel.

Le bioéthanol

Le bioéthanol, produit à partir de matière première végétale, issue du maïs, du blé mais aussi de la betterave, est le seul carburant pour moteurs à essence qui soit renouvelable. L’appellation bioéthanol fait référence à l’origine vivante végétale et non fossile de ce carburant.
Le Bioéthanol est actuellement présent dans tous les carburants essence distribués en France : à hauteur de 5 % dans le SP95 et le SP98, jusqu’à 10 % dans le SP95-E10 et entre 65 % et 85 % dans le Superéthanol E85.

Le saviez-vous ?

  • Maïs doux : 7 usines en Aquitaine, qui génèrent 1500 emplois
  • Exportations : 111 millions d'euros d'excédent commercial
  • Fraicheur garantie : 6 h entre la récolte et la mise en conserve

En savoir plus

Visionner cette vidéo youtube :

https://youtu.be/ddwJghjl2rE